Check Ignition

“Les Elles”

Bonjour à toutes les petites chattes & petits minous,

Aujourd’hui je vais laisser la parole à Ségolène, modèle de mon shoot Check Ignition. Ségo est éduc spé : l’éducateur spécialisé mène ses actions selon des connaissances, des valeurs, un savoir-faire et un savoir-être qui visent à permettre à une personne en difficulté d’agir sur elle-même et sur son environnement afin que sa condition sociale, éducative, psychique, matérielle ou de santé s’améliore dans un but immédiat ou plus lointain.

J’ai aujourd’hui laissé mon espace de parole à Ségo pour qu’elle puisse élever sa voix au nom des femmes avec qui elle travaille,  qui n’ont pas eu la même chance que vous et moi et qui ont le malheur de vivre dans la rue. Ces femmes qui restent des femmes, et dont on a trop souvent tendance à oublier.

Les « Elles »

On ne les voit pas.

Elles se mêlent aux hommes et se confondent. Peuple unisexe. Paloma a la gueule pétée et une longue mèche noire. Finalement, ça doit être dur d’imaginer que ces femmes puissent être désirées, aimées. Qu’un homme ou une femme pose les yeux sur leurs cicatrices, leurs corps abîmés ou leurs dents niquées. Laurence se cache sous une énorme doudoune bleue. Et pourtant, Elles sont des femmes. Avec un grand F. Et tout ce que ça implique. Elles aussi elles morflent en voyant les pubs de mannequins lissés, figés, des abribus sous lesquels Elles squattent. Et Elles, Elles peuvent pas se consoler chez Elles, à l’abri de l’œil de la masse.

La rue des Elles.

Et puis, Elles aussi Elles perdent du sang tous les mois. Zina se poudre l’œil discretos aux chiottes. Elles ont mal aux reins, à l’aine, au ventre. “Trouve tes tampons et tes toilettes publiques et grouille-toi.” Les règles, ça fait mal. Ca te rappelle que t’es une femme. Tu peux mettre des jeans de mecs et te raser le crâne, quand t’as tes règles, tu redeviens une femme. C’est une fracture psychique cinq jours par mois. Ca te rappelle que t’es différente de tes potes et ça te ramène à une de tes fonctions que t’aimerais bien oublier : tu peux procréer. Nadia fume une roulée late sur late dehors. Voyons, pour procréer il faut une situation, être « prête ».  Alors comment elles font celles qui sont jamais prêtes ? Elles ravalent  leur féminité et elles entassent des kilos de frustration.

Elles sont pas assez belles pour être désirées. Elles sont pas assez cultivées pour être intelligentes. Elles sont pas assez sobres pour être prises au sérieux. Elles sont pas assez féminines pour être des femmes. Pas assez fortes pour être des hommes. Mais Elles sont quoi bordel ? Ginette rit aux éclats. Elles sont là.  Elles restent là. Elles ne bougent pas. Ces nanas qui vivent dans notre pays, celles-là même qu’on croise tous les jours, celles-là sont la chair à canon du patriarcat. Il est temps de ne plus oublier qu’Elles ont aussi un utérus, le même que le nôtre et qu’Elles partagent les mêmes interrogations et souffrances que toutes les femmes.

« Tu perds ta tête, tu perds ton âme, tu danses et tu délires. Personne ne voit au fond de toi le noir de ton désir. » (Les 17 Hippies.)

Merci babe <3

 

Pin It on Pinterest

Share This
Yes No