Mai Chau Handcraft

Aujourd’hui, un article féministe comme on les aime, sur les Femmes Vietnamiennes

 

Xin chào à toutes les petites chattes (et petits minous)

Xin chào !

Aujourd’hui, je vais vous parler des femmes au Viêt-Nam, pays où j’ai eu la chance de me rendre lors un Road Trip en Asie en octobre 2016.

Je me suis intéressée à la place de la femme dans ce pays communiste et très influencé par les guerres et la Chine. J’ai visité l’incroyable ‘et féministe comme on aime‘ musée de la femme à Hanoi, et plusieurs industries créées, dirigées et remplies uniquement par des femmes, dans le nord du Viêt-Nam.

Pour vous savonner un peu plus, je me suis intéressée aux recherches de Bui Tran Phuong, historienne et chercheuse en « histoire des femmes et du genre » en France et au Viêt-Nam.

Minute culture de la journée pour se coucher moins bête : dans la langue vietnamienne, l’être humain « con người » est non sexué est n’a pas de genre. La femme est désignée par un mot, l’homme par un autre, et l’Homme avec un grand H, l’être humain, est désigné par un troisième autre. ‘Ils n’auraient décidément pas mal de chose à nous apprendre !’  D’ailleurs le mot genre à un équivalent proche du mot sexe. ‘Sympa…’  Mais le genre peut aussi définir des intellectuelles, des universitaires, des personnes qui travaillent dans la presse, etc.… Tout est clair sous le soleil d’Orient ! ‘Ou presque’

Et même si le Viêt-Nam est un pays profondément influencé par le confucianisme, soit l’ordre et la hiérarchie, la femme est présente dans les sphères économique, familial et de l’éducation. Cette influence est d’autant plus grande, depuis les deux guerres, française et américaine, où les femmes vietnamiennes ont joué un rôle prédominant sur tous les fronts. Et même que… certaines zones, qui sont encore officiellement rouges et remplies de bombes qui n’ont jamais explosé, sont déminées uniquement par des femmes.

Pour autant, le Viêt-Nam reste un pays malheureusement trop touché par la pauvreté et le statut précaire de la femme est omniprésent partout dans le pays. Les femmes restent soumises à leurs maris ou leurs familles. Elles sont, pour la majorité de celles que j’ai pu rencontrer, destinées à être mariées avant leur majorité, pour pouvoir procréer très vite la génération future. Elles ne peuvent ni sortir ni discuter avec les touristes sans leurs maris, ni boire, ni fumer comme le font tous les hommes. Elles se regroupent entre femmes pour cuisinier, coudre, discuter ou tenir la boutique en l’absence de leurs conjoints, alors que toutes les décisions doivent être approuvées par ceux-ci.

Certaines Vietnamiennes ont su trouver la clé de la liberté par l’alphabétisation. Appuyées par le gouvernement et des organismes internationaux, elles ont étudié et ouvert de nombreux dispensaires et coopératives agricoles et artisanales.

Ce sont des photographies de ces femmes, dans le séduisant village de Mai Chau au nord-ouest du Viêt-Nam, que je vous montre ici. « Hoa Ban Handmade » est une des sociétés de tissage et de couture entièrement féminine, dirigée par une femme dans un monde d’hommes. ‘Et ça c’est vraiment trop classe’. Elle leurs offre l’indépendance et un moyen de se soustraire de leur condition de femmes soumises aux hommes.

J’ai passé 3 jours en leur compagnie, photographiant cette vingtaine de femmes qui allaient et venaient au gré des familles, travail, courses, potins, pensées et fous rires.

#WomenSupportingWomen 😉 bye bye les filles !

Yes No

Pin It on Pinterest

Share This

Share this post with your friends!